Différencier en laissant l’élève choisir la difficulté de la tâche

Des enseignants du Collège Sainte-Anne partagent leurs stratégies gagnantes afin de soutenir leurs élèves dits « du tiers faible », sans pour autant baisser leurs attentes envers les autres. Aujourd’hui, on découvre une stratégie basée sur l’autoévaluation des élèves.

Lors d'une activité de développement professionnel tenue à l’automne 2015 au Collège Sainte-Anne, on a demandé aux enseignants de réfléchir à leurs façons moins traditionnelles de soutenir leurs élèves, puis de tenter de les communiquer à leurs collègues de toutes matières ayant manifesté leur intérêt.

Rudder Davila
L'enseignant Rudder Davila

L’une de ces stratégies consiste à laisser les élèves, dans certains cas, choisir la difficulté de la tâche qui leur est demandée. Autrefois enseignante de français au Collège Sainte-Anne, Caroline Hétu est bien connue pour avoir codifié cette pratique de différenciation dans son blogue. Comme elle, Rudder Davila, enseignant d'espagnol au Collège, permet aux élèves de décider du niveau de compétence qu'ils se reconnaissent, et du degré de difficulté de la tâche qu'ils comptent réussir. Seront-ils débutants ou « presque latinos »?

 

Les principes de la stratégie :

  • Mettre au défi les élèves.
  • Offrir différentes tâches et problèmes selon des niveaux de difficulté variés.
  • L'élève s'autoévalue et peut refaire plus d’une fois un même niveau.

 

Plus-value pour le tiers-faible :

  • Ces élèves ont l'occasion de développer leurs compétences en repartant de la base.
  • L'erreur est plus pédagogique que pénalisante.
  • L'humour dans le nom des niveaux est aussi source de persévérance.

 

Outils et ressources pour ce faire :

Ressources : sainte-anne-technopedagogique.weebly.com/thinglink.html

 

Ressources : sainte-anne-technopedagogique.weebly.com/lespacedecours#parcoursbadges

 

--

par Jean Desjardins et Isabelle Senécal, Collège Sainte-Anne
via L'École branchée