Le ministre de l'Éducation crée un groupe consultatif sur l’innovation

Ils sont 100 intervenants du milieu scolaire primaire et secondaire, représentant le public comme le privé. Ils conseillent le ministre de l'Éducation sur différents enjeux depuis le mois d’avril.

Le groupe, dont les membres proviennent de points de vue politiques variés, se désigne lui-même comme « Les 100 ». Il a pris forme suite à une annonce faite en mars par le ministre Sébastien Proulx à l’occasion du Rendez-vous des écoles francophones en réseau (REFER). Il exprimait alors son désir de réunir une centaine d’enseignants et de professionnels du milieu pour échanger à propos d’innovation pédagogique, en lien avec la stratégie numérique du Québec et la politique sur la réussite éducative, qui seront prochainement dévoilées.

Voilà que le groupe est créé et les échanges vont bon train. Le tout se déroule en ligne, via la plateforme Slack. À travers différents canaux représentant autant de thèmes, un partage d’idées a lieu et des échanges soutenus entre les intervenants permettent notamment d’éclairer le ministre sur ces sujets : les besoins particuliers des EHDAA, l’évaluation des apprentissages, la formation aux compétences du 21e siècle, la formation continue des enseignants, la littératie, la stratégie numérique et la valorisation de la profession enseignante. D'autres chantiers de réflexion peuvent aussi être lancés en tout temps par les participants.

 

Objectif : obtenir un point de vue différent

L'un des membres du comité directeur de ce groupe affirme que « le ministre et ses attachés politiques sont vraiment à l’écoute [des préoccupations du groupe] et connaissent bien leurs dossiers. On ressent une réelle volonté de s’occuper de l’école dans une perspective d’avenir. Ils nous questionnent et sont aussi ouverts à nos suggestions. Pour une fois, on ne fait pas que soulever des problèmes, on partage des idées et des pistes de solution concrètes. Je dirais que c’est rafraîchissant et exaltant à la fois. » D’ailleurs, dans une rencontre récente du comité avec le ministre, ce dernier a dit apprécier la possibilité d’obtenir un point de vue différent de celui des groupes et des lobbys auxquels il est habitué.

Les membres du groupe « Les 100 » participent bénévolement à ces échanges et y investissent le temps qu’ils peuvent pour exprimer leur point de vue à propos des enjeux qui les touchent le plus. Ils sont d’ailleurs nombreux à s'étonner (positivement!) d'une telle ouverture et une telle écoute. Plusieurs d’entre eux seront présents le 21 juin pour le dévoilement de la politique sur la réussite éducative.

 

Statistiques sur la composition du groupe

Bien que la majorité des gens faisant partie du groupe préfèrent rester anonymes, on peut obtenir une idée de sa composition grâce à ces statistiques. Notons que bien que le groupe se nomme « Les 100 », il est composé d'un peu plus de 100 personnes.

  • Enseignants du primaire : 20 %
  • Enseignants du secondaire : 22 %
  • Orthopédagogues : 6 %
  • Adaptation scolaire : 5 %
  • Directions d'établissements : 13 %
  • Conseillers pédagogiques : 8 %
  • Personnes ressources du RÉCIT : 12 %
  • Enseignants au cégep / université : 6 %
  • Autres (ministère, organismes) : 8 %

 

  • Secteur privé : 32 %
  • Secteur public : 54 %
  • Autres : 14 %

--
Par Audrey Miller, L'École branchée