Réalité virtuelle et augmentée : un monde de possibilités pour l'éducation

Un entretien avec Chantal Rivard, facilitatrice lors de l'événement CréaCamp du 17 novembre 2017, qui nous parle de réalité virtuelle et augmentée en éducation.

Chantal Rivard est conseillère pédagogique au Collège Beaubois et chargée de cours à l’Université de Montréal en didactique de l’univers social. Lors du CréaCamp du 17 novembre 2017 à Montréal, elle était mentore sur le thème de la réalité virtuelle et augmentée.

En discutant avec elle, j’ai voulu savoir comment il est possible d’utiliser la réalité virtuelle et augmentée de façon contextualisée, en lien avec les matières à l’étude. Selon elle, l’intérêt pédagogique de la réalité virtuelle est d’abord issu de l’application Google Expéditions, qui permet maintenant à tous de visiter et découvrir plusieurs endroits difficilement accessibles à travers le monde. Aujourd'hui, ce qui l’intéresse, c’est rendre les élèves actifs dans leurs apprentissages dans ce contexte.

Quelques pistes pour exploiter la réalité virtuelle et augmentée

En mathématiques, il est possible de demander aux élèves de capter un point dans leur rue avec leur téléphone en 360 degrés. En classe, ils pourront exploiter ces images pour calculer les angles, par exemple. Dans l’entrevue, elle propose aussi d’autres scénarios concrets pour exploiter les compétences mathématiques des élèves. Elle considère d’ailleurs qu’en exploitant la réalité virtuelle et augmentée, on se retrouve à un tout autre niveau. On se rapproche carrément de la réalité du marché du travail, par exemple de celle d'un arpenteur géomètre.

En langues, on peut utiliser des plateformes qui permettent de créer des images « dont vous êtes le héros ». Ainsi, pendant la lecture d’un récit, le lecteur en réalité virtuelle peut découvrir l’histoire d’une façon différente s’il choisit de tourner à droite ou à gauche sur son chemin. Cela permet notamment de différencier le niveau de complexité d’un schéma narratif pour les élèves.

En arts, les écoles ont souvent de la difficulté à mettre en vedette l’ensemble des oeuvres créées par les élèves au cours de l’année. Ces dernières pourraient donc créer un véritable musée virtuel qui présenterait toutes ces oeuvres. De plus, il serait possible pour chaque élève d’enregistrer la description de son travail à l’aide d’une capsule audio.

Ce monde est désormais plus accessible qu’on peut l'imaginer, et on peut accomplir beaucoup simplement à partir d’un téléphone intelligent.

Ressources suggérées

Pour suivre Chantal :

--
Par Stéphanie Dionne, l'École branchée