Robotique et programmation pour intéresser les jeunes filles : résultats positifs

Mettre les jeunes filles en contact avec le monde de la robotique et de la programmation tôt dans leur cheminement augmenterait leur intérêt envers les STIM et leur sentiment de compétence.

Les STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques) occuperont une place importante dans la société de demain. On remarque toutefois que les filles sont moins intéressées que les garçons pour ces domaines.

Plusieurs initiatives ont été réalisées au cours des dernières années pour pallier cette problématique et susciter l’intérêt des filles pour les STIM. À ce titre, mentionnons des activités visant à apprendre aux filles à coder et celles visant à leur faire connaître la culture scientifique

Robotique (photo : (c) Audrey Miller)
Robotique en classe primaire
(photo : (c) Audrey Miller)

Ces initiatives fonctionnent-elles? Ont-elles des retombées significatives? Oui, si on se fie aux résultats d’une récente étude menée à l’Institute for Learning and Brain Sciences de l’Université de Washington. Cette étude a montré que les jeunes filles ayant participé à une activité de programmation informatique ont développé un intérêt pour les STIM et ont augmenté leur sentiment de compétence.

Dans le cadre de cette étude, à laquelle 96 enfants de 6 ans (39 garçons et 39 filles) ont participé, trois groupes ont été formés. Le premier devait programmer un robot. Le deuxième devait jouer à un jeu de cartes. Le troisième n’avait aucune tâche spécifique à réaliser. Par la suite, les participants devaient remplir un questionnaire portant sur leurs intérêts envers les technologies, leurs compétences pour les utiliser et sur leurs croyances à savoir si les garçons étaient meilleurs que les filles sur ce plan.

Les résultats de l’étude menée sous la direction de Allison Master montrent que les filles qui ont participé à l’activité de codage ont exprimé avoir un intérêt plus grand pour la technologie que celles des autres groupes comparatifs. Ce groupe de filles a également affirmé se sentir plus à l’aise à utiliser les technologies.

Parmi les autres résultats dignes de mention, il a été remarqué que les garçons et les filles ayant pris part à l’activité de codage ont par la suite déclaré avoir un intérêt pour les technologies dans des proportions similaires. Cela n’est pas le cas dans les autres groupes, où les garçons expriment un intérêt plus élevé que les filles.

Des stéréotypes bien ancrés

L’étude a également mis en lumière que les stéréotypes relatifs à l’utilisation des technologies demeurent : les répondants, filles et garçons, affirmant que les garçons sont meilleurs pour se servir des technologies que les filles.

Les résultats de cette étude sont intéressants. Ils permettent d’observer que l’exposition à des activités de codage et d’informatique a des impacts positifs sur l’intérêt des filles pour ces domaines et leur sentiment d’efficacité. Ils incitent à continuer de développer des initiatives spécifiques pour les jeunes filles, notamment pour contrer les stéréotypes.

Pour en savoir plus, on peut consulter un résumé de l’étude et visionner une courte vidéo.

--
Par Dominic Leblanc, L'École branchée