Soutenir l’engagement des élèves par la rétroaction

Des chercheurs identifient les facteurs qui font en sorte que les élèves utilisent de façon active et engagée les rétroactions qu’ils reçoivent.

Des chercheurs du Royaume-Uni (Naomi E. Winstone, Robert A. Nash, Michael Parker, and James Rowntree) ont procédé à une revue systématique de 195 recherches ayant fait l’objet de publications entre 1985 et 2014. Cette revue systématique leur a permis d’identifier les facteurs qui font en sorte que les élèves utilisent de façon active et engagée les rétroactions qu’ils reçoivent.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce manque d’engagement à l’égard des rétroactions reçues par les élèves. La rétroaction peut :

  • ne pas être utile aux yeux de l’apprenant;
  • ne pas être suffisamment détaillée ou individualisée;
  • prendre une forme trop autoritaire;
  • ne pas amener l’élève à mettre en œuvre des stratégies pour s’améliorer;
  • être formulée dans un langage non compris par l’élève.

http://rire.ctreq.qc.ca/2016/11/engagement-retroaction/

2 adultes qui regardent un document


Bruno Hubert, chargé de la veille et du RIRE