Parents du 21e siècle face au temps-écrans de l’enfant

Les jeunes passent de plus en plus de temps devant les écrans.   Devrait-on limiter ce temps-écran? Celui-ci a-t-il un impact négatif chez les jeunes?  Des questions qui méritent réflexion.
 

Le contrôle du temps passé devant les écrans fait désormais partie des saines habitudes de vie. Au cours de la dernière décennie, cette question s’est hissée au sommet des enjeux de santé publique en Amérique du Nord. La première erreur, la plus fréquente chez les intervenants et les parents du 21e siècle, consiste à croire que l’exposition et l’initiation précoces aux écrans sont utiles ou sans conséquences, alors que les constats scientifiques indiquent le contraire.

C’est en préparant des enfants et des adolescents à la déconnexion et en observant leurs réactions une fois qu’ils étaient débranchés que les  chercheurs ont pu en évaluer les bienfaits et constater des changements, y compris sur le sommeil et le comportement.

Que disent les résultats ?

Le programme SMART a permis de faire diminuer la violence physique de 40 % et les agressions verbales de 50 % chez des enfants de 8 et 9 ans. Les chercheurs ont aussi constaté deux bienfaits collatéraux peu banals : la déconnexion des écrans peut prévenir l’obésité en plus de faire diminuer auprès des parents les demandes insistantes de jouets (ou d’aliments) montrés à l’écran.

Et si on mettait au défi les jeunes  de se déconnecter pendant quelques jours?

Voir l'article complet en suivant ce lien.


Jacques Brodeur
courriel : jbrodeur@edupax.org
Edupax
OBNL en prévention de la violence, éducation médiatique