Réseaux sociaux, médias sociaux ou Web 2.0 : du pareil au même?

Réseaux sociaux, médias sociaux ou Web 2.0 : du pareil au même?

Les termes réseaux sociaux, médias sociaux ou Web 2.0 sont souvent utilisés pour désigner des plateformes ou des outils interactifs du Web. Il importe néanmoins de bien définir ces concepts, qui ne constituent pas un ensemble homogène et se distinguent à plusieurs égards.

Web 2.0

Le terme Web 2.0 renvoie plus généralement aux plateformes qui permettent aux diverses applications des réseaux sociaux d’être utilisées par les usagers afin de créer, distribuer, partager ou manipuler du contenu libre d’accès.

Médias sociaux

Hétérogènes, les médias sociaux regroupent quant à eux une grande variété de plateformes en ligne ou d’applications mobiles. Ils se définissent comme un groupe d’outils reposant sur les fondements du Web 2.0, permettant la communication et la collaboration grâce à la création et l’échange de contenus que produisent les usagers de ces réseaux.

Les sites de réseautage social (Social Networking Sites, ou SNS) sont parmi les médias sociaux les plus connus et les plus populaires, mais ils sont loin d’être les seuls puisqu’il existe près d’une dizaine de réseaux du genre.

De manière générale, voici les grandes catégories de médias sociaux :

1. Réseautage social

Ces sites facilitent les interactions sociales et le partage d’information entre les membres de groupes d’intérêts ou entre amis. À l’intérieur d’un système délimité, les usagers se construisent un profil public ou semi-public, se créent un réseau de contacts avec d’autres usagers et le parcourent afin d’échanger. Ce type de réseau augmente aussi la prise de conscience périphérique, c’est-à-dire qu’un usager peut afficher des repères temporaires sur sa vie quotidienne via son interface. Facebook (famille et amis), LinkedIn (contacts professionnels et orientation) et twitter (micro-blogue entre contacts) sont parmi les plateformes les plus utilisées.

2. Édition et partage de médias et contenus

Ces sites permettent aux utilisateurs de produire, éditer, développer ou partager leur propre contenu. Wordpress, Twitter, YouTube, Snapchat et Pinterest sont des outils d’édition, alors que Google Drive, DropBox, WeTransfer ou Sendspace favorisent le partage de médias.

3. Manipulation de médias et mashups

Avec ces sites, les utilisateurs peuvent éditer, partager ou modifier du matériel numérique comme des vidéos, du matériel audio ou des photos. YouTube, Flickr et Instagram sont intéressants pour l’édition et le partage de vidéos et de photos. Les sites FotoFlexer, Picnik, Splashup (photos), Toondoo (bandes dessinées) et Voice Thread (audio) sont aussi intéressants dans le domaine de l’édition ainsi que du mashup (utilisation et modification de fichiers vidéo, audio ou photo déjà édités par d’autres).

4. Messagerie instantanée et espaces de conversation

Ces plateformes offrent la possibilité de discuter avec d’autres utilisateurs en temps réel ou en différé. Messenger et Skype sont au nombre des messageries instantanées qui permettent même la conversation vidéo. Des espaces comme Edmodo ou Google Classroom, conçus pour l’éducation, ou les groupes fermés de Facebook permettent quant à eux des interactions générales avec tous les utilisateurs, ou de manière plus personnalisée via la messagerie instantanée. La visioconférence de groupe peut aussi se dérouler sur les interfaces Adobe Connect, Zoom, BlueJeans, Skype, Facebook Live, Google Hangouts ou Periscope. Parmi les avantages, notons que certaines de ces plateformes permettent d’enregistrer les conversations afin de les réécouter ultérieurement au besoin. Voyez cet exemple d'enregistrement Periscope dans lequel M. Claude Frenette, conseiller pédagogique, parle de rétroaction avec les TIC.

Un homme entouré d'un nuage de logos de médias sociaux

5. Jeux en ligne et mondes virtuels

Ces jeux favorisent les interactions entre les utilisateurs grâce à la participation des joueurs dans l’arène virtuelle ou la messagerie instantanée. Les usagers créent un avatar et l’incarnent dans un monde entièrement créé par eux. Différents aspects sociaux de la « vraie vie » s’y retrouvent (territoire, système politique, langue, monnaie, etc.). Le jeu Second Life fait notamment fait de cette catégorie.

6. Marques-pages sociaux

Ces applications permettent d’annoter du texte ou des images disponibles sur le Web pour ensuite les partager avec d’autres utilisateurs. Pinterest, Pearltrees, Diigo et Del.icio.us sont des outils de ce genre.

7. Wikis et outils d’édition collaboratifs

Ces technologies offrent aux usagers la possibilité de collaborer au design, à l’édition et au développement de contenu numérique. Ouverte à tous, l’encyclopédie en ligne Wikipédia (également disponible en application mobile) est un bon exemple de Wiki. Pour la collaboration, pensons également à Google Docs et Office 365, très répandus en milieu scolaire. Enfin, les dictionnaires collaboratifs tels Bab.la et Vocabulary.com font aussi partie de ce type de plateformes.

8. Syndication

Grâce à l’utilisation de Tweetdeck, de Netvibes et même de fils RSS (Really Simple Syndication), les usagers peuvent recevoir une notification lorsqu’il y a des changements sur leurs sites favoris.

Ces distinctions établies et les concepts mieux définis, il sera maintenant plus simple de se pencher sur l’apport du Web 2.0 et des médias sociaux dans l’éducation.