L'oeuvre de Guillaume Apollinaire « tombe » dans le domaine public.

Connaissez-vous le domaine public? Non? C'est normal! on en parle rarement. Pourtant, c'est très important pour la diffusion de la culture. On a tendance à ne vous entretenir que du respect du droit d'auteur et on « omet » de mentionner qu'à l'intérieur des lois sur le droit d'auteur, il y a un espace pour les oeuvres libres de droits, le domaine public.

Cette nouvelle concernant l'oeuvre de Guillaume Apollinaire est une belle occasion de rappeler ce qu'est le domaine public. Wikipédia résume bien cette notion :

« Dans le cas particulier de la propriété intellectuellle, le domaine public regroupe les biens intellectuels qui ne sont plus protégés, au terme d'un certain délai, par les diverses lois liées au droit de la propriété intellectuelle. Ils constituent à ce titre des bien communs et ne peuvent plus donner lieu à une appropriation. ».

En France, le 1 janvier est souvent appelé Journée du domaine public puisque le législateur a fixé cette date pour faire entrer dans le domaine public l'oeuvre des artistes décédés depuis assez longtemps pour que le droit d'auteur « tombe ».  Ceci a donné naissance au site Journée du domaine public sur lequel on trouve une description claire de ce qu'est le domaine public. On y détaille également les avantages de l'existence d'un domaine public. C'est à lire.

Au Canada, le délai après lequel une oeuvre n'est plus protégée par le droit d'auteur est de 50 ans après la mort de son créateur. Guillaume Apollinaire est donc dans le domaine public depuis longtemps au Canada. Les lois sur le droit d'auteur varient d'un pays à l'autre, et c'est pourquoi son oeuvre vient tout juste de passer dans le domaine public en France.  Vous trouverez l'explication de cette particularité dans l'article que Framablog a consacré à Apollinaire. 

Des auteurs, soucieux de la diffusion de leur oeuvre, décident de devancer le délai prescrit par la loi en déclarant publiquement qu'ils placent une (ou plusieurs) de leurs oeuvres dans le domaine public.  Le site Creative Commons propose d'ailleurs un logo particulier pour identifier ces oeuvres. C'est celui que vous retrouvez dans le sommaire de notre nouvelle.  Ce logo est aussi utilisé pour vous rappeler qu'une oeuvre est du domaine public à la suite du délai de prescription. Un enseignant qui publie du matériel pédagogique sur le Web ou sur papier devient le titulaire des droits d'auteur sur ce matériel.  Rien ne l'empêche de le mettre dans le domaine public ou sous une licence libre comme la Creative Commons.

Peinture d'Henri Rousseau représentant Apollinaire et sa muse.

Apollinaire et sa Muse peint par Henri Rousseau en 1909
(peinture du domaine public)

Mais revenons à Apollinaire pour comprendre ce que permet, au point de vue de la création culturelle, la mise d'une oeuvre dans le domaine public. La journée même de la « libération » de l'oeuvre d'Apollinaire en France, un groupe, Thalie Envolée, a mis en ligne sous licence libre (CC By, Sa) une trentaine de poèmes d'Apollinaire. Voici comment ce groupe se définit : 

« L’Opération Thalie Envolée produit des versions audio de grands textes non-dramatiques (poésie, extraits de romans,…) ainsi que des enregistrements vidéos de pièces de théâtre d’auteurs appartenant au domaine public, puis publie les résultats sous licence libre à l’instar de ce que fait Musopen avec la musique. »

Les poèmes lus par le groupe Thalie Envolée se retrouvent sur Wikimedia Commons. Ils ont choisi de petits poèmes ayant souvent comme thème un animal : lion, souris, cheval, puce, écrevisse, paon, dromadaire, etc... Idéal pour initier les enfants à la poésie.

Enfin mentionnons la disponibilité du recueil Alcools d'Apollinaire au format ePub. Le format le plus universel pour les livres numériques.

André Cotte
Carrefour éducation