Le film d’animation : un outil d’apprentissage

Retour sur quelques éléments historiques de la technique image par image et présentation des applications permettant aux élèves de produire leur propre court-métrage dans les milieux scolaires.

Bien que l’enjeu climatique ait été au centre des dernières élections fédérales, ce n’est pas d’hier que les gens se mobilisent pour la protection de leur environnement. En effet, Frédéric Back, au début des années soixante-dix, prenait déjà conscience de la dégradation des milieux aquatiques lors de la construction du site de l’Expo 67. Son constat l’a amené à utiliser son talent de dessinateur pour sensibiliser les gens aux impacts de la pollution, et ce, en illustrant les problématiques qui lui sont associées.

En outre, il a participé à la revitalisation des berges du fleuve Saint-Laurent en y plantant des arbres. Vingt ans plus tard, son film, L’homme qui plantait des arbres, voyait le jour et remportait l’Oscar du meilleur film d’animation. Pour réaliser cette œuvre, il a produit plus de 20 000 dessins et y a consacré cinq années de sa vie dans un studio d’animation situé dans les installations de Radio-Canada. Malheureusement, en 1993, suite à des coupes budgétaires importantes, ce lieu de création a fermé ses portes.

Créer des courts-métrages en milieu scolaire

Heureusement, l’Office National du Film (ONF), pour sa part, a poursuivi ses activités et a ainsi pu aider plusieurs artistes à réaliser leurs films d’animation et, du même coup, à transmettre leurs messages. De plus, l’ONF a développé une application fort intéressante, ONF StopMo Studio, qui, aujourd’hui, permet aux élèves de produire leur propre court-métrage dans leurs milieux scolaires. En 2014, celle-ci remportait le prix de la meilleure application de l’Apple Store au Canada et se voyait honorée lors du gala Boomerang qui souligne chaque année l’excellence dans le domaine des technologies numériques.

Il existe également une autre application digne d’intérêt : Easy Studio. À partir de formes géométriques, l’élève peut réaliser une œuvre animée en utilisant la technique image par image. Au cours de la prochaine année, des courts-métrages verront le jour dans les écoles de la commission scolaire de Montréal dans le cadre d’un cours de sciences, de français ou d’art plastique.

Ces belles initiatives artistiques permettront tant à l’enseignant qu’à l’apprenant d’exploiter le potentiel du numérique pour l’apprentissage et de faire preuve de créativité numérique, deux des douze dimensions du Cadre de référence de la compétence numérique présenté en avril dernier par le ministre Roberge.

Si vous souhaitez explorer davantage les diverses techniques associées au film d’animation avec vos élèves, prenez le temps de télécharger l’application L’atelier McLaren.

Quelques exemples de projets réalisés par des élèves à partir de la technique image par image :

Carrefour éducation vous propose une application gratuite qui permet de créer facilement des films avec la technique du stop motion : « Animation en volume ».

--
Par Guillaume Bilodeau, l'École branchée