Mettre les élèves au volant de leur formule 1 d’apprentissage

Du 13 au 15 août dernier, j’ai participé au camp de leadership pédagogique offert par EscouadeEDU au Collège St-Bernard de Drummondville. À travers divers ateliers et exercices de réflexion, j’ai été amenée à réfléchir à mes pratiques pédagogiques afin de devenir une meilleure leader et un agent de changement dans mon milieu.

Le point culminant de cette formation inspirante était la création d’un plan d’action de six semaines visant à aider mes élèves à prendre le contrôle de leur formule 1 d’apprentissage. Je vous propose donc un retour réflexif sur la mise en action de mon plan de six semaines : quel était mon plan, quels ont été mes bons coups, mes ratées, mes réajustements, les effets observés chez mes élèves ainsi que les effets observés chez moi en tant qu’enseignante.

La création de mon plan d’action

Lors de la création de mon plan d’action, la cible que je visais était de mettre mes élèves de troisième secondaire en contrôle de leurs apprentissages afin qu’ils croient en eux et en leurs capacités. Pour atteindre cet objectif ultime, je souhaitais présenter des attentes claires aux élèves et j’allais leur demander leurs attentes également. Si je voulais que mes élèves prennent en main leurs apprentissages, je devais connaître leurs attentes pour créer des expériences d'apprentissage significatives pour eux. Je voulais aussi évaluer autrement, en utilisant des codes de couleur et de la rétroaction ciblée au lieu des résultats chiffrés. Finalement, je voulais coacher mes élèves, cesser d’être un agent de transmission de connaissances et devenir un mentor.

La mise en action

Bien humblement, je croyais que l’échéance de six semaines serait largement suffisante pour ma cible. Eh bien, je me trompais! Mes élèves travaillent toujours sur l’atteinte de cet objectif ultime d’être au volant de leur formule 1 d’apprentissage. Ont-ils fait des progrès? Certainement! Suis-je encore un agent de transmission de connaissance? Oui à l’occasion, et c’est nécessaire. Suis-je devenue un mentor pour les élèves? Oh que oui! La transformation dans mes classes est majeure : j’ai des élèves plus heureux, des élèves qui produisent des choses incroyables même s’il n’y a pas d’évaluation au bout de la production. J’ai des élèves qui se questionnent de façon systématique et qui prennent le temps de se mettre en action pour répondre à leurs questions.

Prendre le temps, elle est là la clé de mon plan d’action. J’ai voulu que tout se mette rapidement en place, mais avec l’humain, il y a beaucoup de choses que nous ne contrôlons pas. Je réalise maintenant que laisser du temps à mes élèves pour réaliser les tâches que je leur propose fait toute la différence.

Lors de ma dernière expérience d’apprentissage, mes élèves ont travaillé sur l’alimentation et le système digestif. Ils ont utilisé un document Google Présentation que j’avais créé avec des masques de diapositives pour synthétiser l’information découverte lors de leurs recherches. Ils ont collaboré au laboratoire de science pour en apprendre plus sur la composition des aliments. Ils ont vérifié individuellement leurs acquis afin de mieux s’ajuster grâce à des billets de sortie autocorrectifs réalisés avec Google Formulaire. Finalement, pas d’évaluation traditionnelle : l’élève devait choisir un aliment parmi ceux que j’avais apportés en classe et m’expliquer lors d’une entrevue comment cet aliment était digéré. Et moi, je consignais mes observations dans une grille iDoceo au fil de l’entrevue. Pas de note, juste des couleurs associées à mes attentes qui avaient été clairement présentées de façon écrite aux élèves.

Les bienfaits observés

Cette expérience d’apprentissage a permis à mes plus curieux de creuser le sujet à leur guise pendant que je prenais le temps d’accompagner mes élèves qui en avaient le plus besoin. J’ai découvert des élèves que je n’aurais jamais découvert si je n’avais pas laissé le temps à mon plan de se mettre en place. J’ai développé des relations plus authentiques et plus solides avec mes élèves et à long terme, ça permettra à mes élèves de développer leur plein potentiel.

Une de mes fiertés est cette élève toute timide qui se cache derrière de longs cheveux et qui me regarde toujours la tête baissée. Maintenant, cet élève me salue et me sourit. Il a réussi à m’expliquer comment fonctionne le système digestif lors de son entrevue d’évaluation. Ça mes amis, c’est du bonheur!

Est-ce que je considère que de ne pas avoir respecté la ligne du temps que je m’étais fixée en août est un échec?Non, pas du tout. Pourquoi? Parce que j’ai grandi davantage dans cette expérience allongée que si mon plan avait fonctionné parfaitement du premier coup. J’ai dû sortir de ma zone de confort et cela m’a permis de me réajuster en tant qu’enseignante, de me questionner et de devenir une meilleure leader dans mon milieu.

--
Par Valérie Bédard, l'École branchée