La technologie au service de la lecture

Le présent dossier vise à proposer une multitude d’activités et de pistes d’utilisation de la technologie au service de la lecture.

Un dossier conjoint de Carrefour éducation et de l'École branchée

Par Annie Marois
RÉCIT, Commission scolaire des Découvreurs

15 mai 2016

Le texte de ce dossier est disponible en format PDF. Cliquez pour télécharger.

Il est aussi disponible en format OpenOffice/LibreOffice. Cliquez pour télécharger.

Et en format ePub pour la lecture sur tablette ou téléphone.  Cliquez pour télécharger.

La technologie au service de la lecture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.5 Canada.

Introduction

 Préférez-vous lire sur du bon vieux papier? Ou appréciez-vous le côté pratique de la lecture en format numérique? Peu importe de quel côté vous vous situez, il n’en demeure pas moins que la technologie peut assurément venir bonifier l’expérience de lecture sur ces deux supports en offrant des outils pour la faciliter ou pour la pousser plus loin, favorisant ainsi le développement des compétences en lecture. Ceci est particulièrement intéressant à étudier d’un point de vue pédagogique.

Le présent dossier vise à proposer une multitude d’activités et de pistes d’utilisation de la technologie au service de la lecture.

Sommaire du dossier :

Schéma des 6 étapes de la démarche proposée

Avant la lecture : Choisir un livre numérique et optimiser son confort

  • Des répertoires de lectures numériques à connaître
  • Des outils pour améliorer l’accessibilité de la lecture numérique
  • « Détourner » la technologie pour présenter la lecture aux élèves

Pendant la lecture : Le numérique au service des stratégies de lecture

  • Modéliser les stratégies de lecture grâce à la vidéo
  • L’audio et la vidéo pour tracer le profil de lecteur de l’élève
  • Modéliser les stratégies de lecture au tableau interactif

Pendant la lecture : Le numérique au service des stratégies de compréhension

  • Annoter le texte pour améliorer sa compréhension
  • Développer l’esprit de synthèse et dégager l’essentiel   

Après la lecture : Garder des traces et partager ses découvertes!

  • Garder des traces de ses lectures dans un portfolio numérique
  • Diffuser et promouvoir la lecture à l’aide d’outils numériques

Des extra pour bonifier l’expérience de lecture

  • Les questionnaires interactifs et la lecture
  • Animer la lecture avec les codes QR et la réalité augmentée

La lecture et la collaboration : un duo stimulant pour l’élève

  • Des projets et concours qui valorisent lecture et collaboration   

Avant la lecture : Choisir un livre numérique et optimiser son confort

Schéma des étapes - 1ère étape

Le présent dossier proposera d’innombrables pistes pour marier lecture « traditionnelle » sur papier et outils numériques, mais débutons par des pistes pour vivre une expérience entièrement numérique. Tout d’abord, on découvre des répertoires de œuvres numériques adaptées au niveau des élèves, puis des trucs indispensables afin d’améliorer le confort de lecture à l’écran et tirer profit de certains outils pour faciliter la tâche aux élèves ayant des besoins particuliers.  

Des répertoires de lectures numériques à connaître

Il existe plusieurs livres de toutes sortes disponibles gratuitement sur le Web. Le site Carrefour éducation propose d’ailleurs un guide thématique complet à cet effet : La lecture virtuelle à portée de tous. Ces ressources gratuites sont notamment intéressantes pour modéliser des stratégies de lecture sur le tableau numérique interactif (TNI), pour des pratiques guidées et partagées ainsi que pour la lecture autonome.

Elles sont également utiles dans le cadre de l’approche des « 5 au quotidien ». Certains ouvrages de type « lecture à soi » et « écoute de la lecture », deux des éléments de cette approche, ont d’ailleurs été répertoriées à la Commission scolaire des Découvreurs afin de faciliter les ateliers au primaire.  

Pour les plus petits, le site Abracadabra propose des livres, mais également des activités, visant à favoriser la réussite des premiers apprentissages en littératie pour des élèves de maternelle, 1ère et 2e année. La ressource offre un module pour les parents, un pour les élèves et un autre pour les enseignants.  

Enfin, un éditeur indien du nom de Pratham Books a mis ces dernières années plusieurs de ses livres pour enfants sous licence ouverte creative commons. Ceci lui a permis de poursuivre sa mission de mettre un livre entre les mains de chaque enfant du monde. Grâce à ce geste, l’éditeur permet à quiconque de prendre ses livres jeunesse, de les adapter, de les traduire et de les diffuser. Il a récemment mis en ligne la plateforme open source Storyweaver, qui permet de traduire et composer directement des histoires pour les élèves du primaire.

Dessin tiré d'un livre d'enfant de Pratham Books
Tiré du site StoryWeaver

Des outils pour améliorer l’accessibilité de la lecture numérique  

Certains outils bien pratiques permettent d'éliminer les éléments de distractions d’une page Web afin de se concentrer sur le contenu principal. Par exemple, Readability, une application multiplateforme (iOS, Android et extension pour navigateur Firefox, Chrome et Safari), offre la possibilité de « nettoyer » une page Web en retirant notamment les publicités et en l’adaptant selon des paramètres personnalisables.

Pour répondre aux divers besoins des lecteurs et pour optimiser le confort de lecture, on peut également adapter l’interface. Par exemple, sur les appareils iOS, dans l’application Safari, on peut épurer une page Web, grossir les caractères et modifier les contrastes. Puis, en sélectionnant un mot à l'écran, on peut accéder, via le dictionnaire intégré, à la définition d'un mot.

 Ces possibilités sont aussi disponibles, pour la plupart, dans les autres navigateurs (Chrome, Firefox, etc.).

Navidys, application iOS qui offre les mêmes fonctionnalités que les outils précédents, offre en plus la police de caractères OpenDyslexic ainsi que la possibilité de régler l’espacement des lettres, des mots ainsi que des interlignes. Dans le même ordre d'idées, l’extension OpenDyslexic (pour les navigateurs Chrome et Firefox) permet de consulter le contenu affiché à l'écran avec cette même police.

Pour certains élèves, l’ajout de couleurs pour distinguer plus facilement les syllabes ou les phonèmes est parfois une stratégie utile. Ainsi, l’application en ligne WebLireCouleur permet de colorer le texte qui aura été tapé ou copié/collé dans l’interface.  

Enfin, la synthèse vocale est une autre fonctionnalité à découvrir. Elle favorise la compréhension de texte en permettant de relire un texte entier ou certaines parties autant de fois que souhaité. Sur les appareils iOS, on l’active dans Réglages / Général / Accessibilité / Parole. Ensuite, dans Safari ou dans les différentes applications, il est possible de sélectionner du texte ou de lire le contenu à l’écran. La même fonction existe sous Android et se nomme TalkBack; on l’active à partir du paramètre Accessibilité. À l’ordinateur, l’extension Read and Write pour Google Chrome permet aussi la synthèse vocale.

« Détourner » la technologie pour présenter la lecture aux élèves

 Le RÉCIT national de l'univers social a fait preuve de créativité pour présenter des lectures en utilisant l’application bien connue Pinterest pour créer des dossiers documentaires pour les élèves. On dit qu’ils ont « détourné » la technologie en lui trouvant un usage différent de celui initialement prévu. En effet, Pinterest sert au départ à partager et collectionner des images sur un « mur » virtuel. Dans le cas de la lecture, c’est donc une avenue nouvelle pour partager et rassembler des lectures, des images, des graphiques, des diagrammes et constituer un dossier documentaire, un dossier de lecture ou même des documents utiles à une recherche. Le fait de rendre public le mur d’un projet permettrait par ailleurs aux élèves de consulter et de commenter les ressources partagées.  

Pendant la lecture : Le numérique au service des stratégies de lecture

Schéma des étapes - 2e étape

 Afin que les élèves intègrent bien des stratégies de lecture, il importe de les modéliser et de les mettre en pratique dans différents contextes. On verra ici comment y parvenir à l’aide, notamment, de la vidéo, de l’audio et du tableau numérique interactif (TNI).  

Modéliser les stratégies de lecture grâce à la vidéo

 Pour leur permettre d’avoir recours facilement à cette modélisation lors des pratiques partagées et guidées, l’enseignant peut créer des capsules vidéo. Ce dernier s’enregistre en train de verbaliser à haute voix la mise en pratique de la stratégie et rend accessible la capsule aux élèves. Le fait d’avoir accès en tout temps à ce qui se passe dans la tête du lecteur expert lorsqu’il lit et applique certaines stratégies est gagnant pour l’élève. Il peut également réécouter le nombre de fois nécessaire. Des animations pour introduire ou réviser une stratégie sont déjà disponibles sur le site de Learn Alberta. Aussi, des activités en lien avec les stratégies de lecture se trouvent sur le site Adel pour les 4e, 5e et 6e années, et pour le secondaire, sur le site du portail de l'enseignement du français. Tous les documents se trouvent sur cette page.  

Page écran du site Learn Alberta

Pour créer ses propres capsules vidéo, il n'est pas nécessaire d’utiliser des logiciels complexes. Sur l’ordinateur, des outils de capture de l'écran comme ceux déjà disponibles dans les logiciels des TNI (SMART Notebook et ActivInspire, entre autres) peuvent faire l’affaire. Des applications en ligne comme Screen-o-matic ou ScreenCastify enregistrent aussi ce qui se déroule à l’écran. L’application mobile Explain Everything (disponible sur AppStore, Google Play, Windows Store, Chrome Web Store) est très puissante puisqu’elle permet d’enregistrer des annotations, des dessins, des mouvements d’objets faits sur une page vierge, une image, une photo, un PDF, un fichier texte et même une vidéo. Il est également possible de narrer les explications directement à partir du microphone de la tablette ou de l’ordinateur. Il existe aussi d’autres applications, comme ShowMe, Doceri, Lensoo, etc., qui ont certaines fonctionnalités semblables.  

L’audio et la vidéo pour tracer le profil de lecteur de l’élève

 De la même façon, les élèves peuvent aussi s'enregistrer en train de lire tout en se posant des questions, en commentant, en reformulant ce qu’ils viennent de lire et en mettant de l’avant les stratégies apprises. Le processus de lecture étant un processus invisible, cette façon de procéder pourrait permettre de dresser un profil de lecteur et de déterminer certaines difficultés rencontrées par les élèves. Cela pourrait également s'avérer un moyen puissant pour garder des traces des entretiens de lecture. Les élèves pourraient également s'enregistrer en train d'appliquer certaines stratégies de lecture ou même d'en expliquer à des camarades.

Enfin, les élèves pourraient s’enregistrer en train de lire et se réécouter par la suite pour prendre conscience de la fluidité avec laquelle ils lisent. Par ailleurs, toutes ces informations permettront de mieux orienter les interventions des enseignants.  

Modéliser les stratégies de lecture au tableau interactif

 Pour ce qui est de la modélisation des stratégies de lecture au tableau interactif, on peut découvrir l’initiative du RÉCIT national de l'univers social. L’équipe a créé des capsules sur les stratégies de lecture appliquées pour la lecture d’un texte en univers social. Comme la lecture s'applique à toutes les disciplines, les stratégies et les outils présentés sont utiles pour tous.

Pendant la lecture : Le numérique au service des stratégies de compréhension

Schéma des étapes - 3e étape.

 Le numérique offre de grands avantages lorsqu’il s’agit de favoriser la compréhension d’un concept, et donc, d’une lecture. On découvrira notamment des outils d’annotation de lectures numériques ainsi que des outils permettant d’organiser de façon visuelle les idées principales.

Annoter le texte pour améliorer sa compréhension  

Il existe une multitude de logiciels et d’applications qui permettent d’annoter la lecture à l'écran. Ceci permet, entre autres, de surligner des éléments, d’ajouter des commentaires ou des notes et, dans certaines applications, de pouvoir s’enregistrer vocalement en train de faire des liens, d'interpréter, de poser des questions, de reformuler, de résumer et de s'approprier le texte afin d'améliorer sa compréhension. L’enseignant peut ainsi voir ce que l'élève a compris et ce dernier peut revenir plus facilement sur sa lecture. Lorsqu’il s’agit de livres numériques sur la tablette iPad, l’application native iBooks permet les annotations. [Aldiko sous Android permet la prise de notes et le surlignage.] Dans son livre L’iPad en orthopédagogie, l’auteure Danielle Millette propose d’ailleurs des activités à cet effet.  

  • À l’ordinateur, lorsqu’il s’agit d’un fichier au format PDF, il y a Adobe Reader. Sur la tablette, il y a plusieurs options offrant différentes fonctionnalités.
  • Adobe Acrobat est une application gratuite et offre certaines fonctionnalités d’annotation de base.
  • On peut aussi considérer le site Web Diigo, qui est non seulement un puissant outil de gestion de marque-pages, mais qui permet aussi d’annoter les pages Web. On peut aussi utiliser sa version mobile, appelée Diigo annotator sur iPad, et Diigo sur Android.
  • Enfin, toujours sur iPad, l’application Liquid Text permet de regrouper des informations, de commenter le texte ou des éléments sélectionnés, d’extraire du texte et des images, de surligner et d’ajouter du contenu pour faire des liens.
  • Il en existe bien d’autres comme PDF Expert, ClaroPDF, OneNote et Notability, qui permettent d’annoter avec plusieurs outils et d’ajouter un enregistrement audio.
  • Enfin, iAnnotate a sensiblement les mêmes fonctionnalités que les applications précédentes, mais permet de faire plusieurs enregistrements audio.   

 Il s’agit de bien déterminer les besoins avant de choisir l’application qui sera la plus appropriée à utiliser. Par exemple, certains élèves sont portés à surligner presque toute l'information contenue dans un paragraphe pour en extraire le résumé. La possibilité d’enregistrer vocalement leur résumé leur permettra plutôt de dire dans leurs mots ce qu’ils retiennent et ainsi surligner moins d’information.

Développer l’esprit de synthèse et dégager l’essentiel  

 Pour aider à identifier le sujet d’un texte et les mots qui reviennent le plus souvent, les outils de création de nuages de mots tels que Wordle sur le Web ou WordSalad (iPad et Android) et Cloudart (iPad) sont pertinentes à utiliser. Il s’agit d’y coller un texte afin de faire ressortir, en plus gros caractères, les mots qui reviennent le plus souvent.

Un WordSalad - avec des mots
Réalisé avec WordSalad

Toujours pour aider à développer l’esprit de synthèse, structurer la pensée, établir des liens, améliorer la compréhension des textes puis représenter et communiquer les idées, les organisateurs graphiques sont des outils à ne pas oublier. Des logiciels et applications comme Inspiration (ou Kidspiration pour les plus petits), Popplet, Mindomo, Xmind, Lucidchart (collaboratif), etc. permettront de dégager, par exemple, l’idée principale dans un texte, le récit en cinq temps d’une histoire, les informations importantes, de s’enregistrer pour résumer un paragraphe ou une idée (fonctionnalités dans Inspiration et Kidspiration), travailler les stratégies de lecture, extraire de l’information ainsi que différentes autres activités d’apprentissage.  

Après la lecture : Garder des traces et partager ses découvertes!

Schéma des étapes - 4e étape.

 Pourquoi ne pas tirer profit des possibilités du numérique pour allonger la vie d’une lecture, qu’elle soit traditionnelle ou papier? Que ce soit en consignant sa démarche dans un portfolio numérique ou en partageant ses productions à l’extérieur de la classe, voici quelques idées qui sauront motiver les élèves.  

Garder des traces de ses lectures dans un portfolio numérique

Afin d'avoir un suivi dans le temps, de conserver les capsules vidéos, les différentes productions en lien avec la lecture ainsi que de partager les enregistrements aux parents, le journal d'apprentissage et portfolio numérique Seesaw (pour iPad, Android et Chromebook) constitue un outil fort utile. Il permet à l'élève et à l'enseignant de conserver des traces des apprentissages et des réalisations de façon simple et efficace. Ces traces peuvent être des photos, des vidéos, des dessins, des productions enregistrées dans la pellicule du iPad, des PDF, des notes, des hyperliens et même des annotations commentées. Tous les éléments ajoutés peuvent être « aimés » (à la Facebook!) et commentés avec du texte ou de l’audio. Les parents, quant à eux, peuvent consulter et commenter (si l'enseignant l'autorise dans les paramètres) les publications des élèves peu importe l'appareil utilisé, que ce soit un ordinateur (extension dans Chrome), une tablette ou un téléphone intelligent (iPad et Android).  

 Sur le Web, il y a également le portfolio Perle. Ce dernier permet, entre autres, de partager et présenter des travaux, de se fixer des buts et de réfléchir sur les apprentissages.

 Ces outils présentés permettent de suivre l'évolution de la progression des élèves en lecture, puisque c’est le sujet du présent dossier, mais également dans tous leurs apprentissages. L'élève est l'acteur principal dans l'élaboration de son portfolio et journal d'apprentissage. Il pourra y faire part de ses difficultés, ses succès, ses apprentissages et ses progrès en commentant ses travaux. Il s'agit ici d'une bonne activité métacognitive qui amène l'élève à mieux se connaître, à s'autoévaluer et à s'engager dans son apprentissage.

D’autres environnements d’apprentissage numériques comme Google Classroom, iTunesU, ChallengeU, Moodle, etc. pourraient aussi être utilisées dans cette optique.  

Diffuser et promouvoir la lecture à l’aide d’outils numériques

  • Thinglink (en ligne) : pour rendre une image interactive (zones cliquables).
  • iMovie (ou tout autre éditeur vidéo) pour créer, par exemple, la bande-annonce vidéo d’un livre.
  • Wordle, Tagul, Tagxedo (en ligne) WordSalad (iPad et Android) ou Cloudart (iPad) pour créer un nuage de mots sur le thème d’une lecture ou des qualificatifs qui permettent de décrire l’histoire.
  • Keynote, PowerPoint ou Google Slides pour créer une présentation du livre.
  • Pages, Word, Comic Life, Google Doc, LibreOffice, etc. pour créer une affiche, une annonce classée, une carte de remerciement à l’auteur, etc.
  • Faire un reportage sur la lecture réalisée ou sur un élément important avec Tellagami.
  • Projet d'écran vert avec Green Screen (une app pour Android et une autre différente pour iPad) pour présenter une partir d’une histoire, par exemple, en se mettant soi-même en scène dans un lieu important…
  • Créer l’affiche d’un livre avec PicCollage, Moldiv, PosterMyWall, Canva.
  • Créer un organisateur graphique pour présenter différents moments de l’histoire.
  • Faire parler le personnage principal de l'histoire ou l’auteur avec Chatterpix (iPad) ou PhotoSpeak en créant son avatar avec Face.co
  • Créer une ligne du temps des éléments intrigants de l’histoire avec Timeline.

BookTube
Une idée séduisante est aussi celle de faire un BookTube : Il s’agit en fait de lecteurs qui publient des vidéos sur leur chaîne YouTube pour parler de leurs lectures, de leurs nouvelles découvertes ainsi que de leurs coups de coeur.   

Photo de livre sur une table avec des élèves au loin qui écoutent quelqu'un.

Les blogues
Pour faire la promotion de la lecture, les blogues sont aussi des lieux virtuels permettant de créer, d'échanger et de discuter. Wordpress ainsi que Blogger sont des plateformes populaires pour les blogues. L’application Seesaw a aussi une fonctionnalité de blogue qui peut être activée dans les paramètres et qui permet de rendre publiques certaines publications en lien avec la lecture, par exemple, comme dans ce projet de Lectures implicites.

Des extras pour bonifier l’expérience de lecture

Schéma des étapes - 5e étape.

Les questionnaires interactifs et la lecture

Le RÉCIT national de l’univers social a publié un dossier complet sur les questionnaires interactifs. En effet, ces derniers peuvent être stimulants afin de poser des questions avant, pendant et après la lecture.

Par exemple, Socrative est une plateforme en ligne gratuite dont les sondages peuvent être administrés et remplis sur le Web ou sur un appareil mobile. Cet outil permet de poser des questions ouvertes, à choix de réponses ou de type vrai ou faux. Tous les élèves peuvent répondre de façon individuelle aux questions de l’enseignant. Le mode « au rythme de l'élève » s’avère intéressant pour poser des questions de compréhension, mais également pour travailler des stratégies de lecture. On peut même faire des quiz en mode coopératif : l’objet sélectionné dans ce mode indique alors la progression des équipes. L'application permet de générer des rapports, des graphiques et de consulter, sous différentes formes, les réponses des élèves.

Google Formulaires pourrait aussi être un outil à explorer, ainsi que GoFormative, une application en ligne qui offre, en plus, la possibilité de laisser des annotations sur un tableau blanc et d'annoter des images. Il est aussi possible de consulter et de donner de la rétroaction en temps réel.  

Ces quiz permettent de savoir, à différents moments, où en sont les élèves dans leur compréhension et permettent de recueillir les réactions et même l'appréciation de la lecture. Il est possible d’en créer pour une lecture spécifique, mais aussi qui serviront à plus d’une reprise. On les appelle les questionnaires de type « canevas ouverts ». Comme le définit le RÉCIT national de l’univers social, les canevas ouverts sont « des questionnaires flexibles et polyvalents pouvant être utilisés spontanément selon le contexte de la classe ». On peut préparer des canevas ouverts avec des stratégies qu’on souhaite travailler ou des questions générales qui s’appliqueront à plusieurs livres. Voici des exemples de questions ouvertes qu’on pourrait retrouver dans ce type de questionnaire :

  • Qui est le personnage principal?
  • Que vois-tu sur la page couverture?
  • Que penses-tu apprendre dans ce texte?
  • Quels mots difficiles as-tu rencontrés et qu’as-tu fais pour trouver ce qu’ils voulaient dire?
  • De quoi l'auteur parlera-t-il dans le prochain paragraphe, selon toi?
  • Y a-t-il quelque chose dans ce livre qui te rappelle tes propres expériences?   

Animer la lecture avec les codes QR et la réalité augmentée

Le code QR (abréviation de Quick Response) est un type de code barres qui, lorsqu’il est balayé avec une application prévue à cet effet, permet à un appareil mobile d’accéder directement à un site, une capsule vidéo, un contenu multimédia ou toute autre ressource du Web qui lui est liée.

Un code QR qui mène à Carrefour éducationAinsi, pour favoriser la visualisation du contenu, pour aider les élèves à se faire des images, pour aider à la compréhension ou simplement pour bonifier l’expérience, il peut être intéressant de créer des codes QR qui « augmenteront » une lecture. Concrètement, l’enseignant prépare une série de codes QR qui mènent à des vidéos, des chansons, des images, des diaporamas, etc. en lien avec le livre. Par la suite, les élèves « lisent » avec un appareil mobile chaque code au moment opportun et accèdent à la ressource multimédia pertinente au contenu qu’ils viennent de lire. Les codes QR peuvent être ajoutés au livre directement ou, tout simplement, être fournis aux élèves dans un document d’accompagnement.

Pour aller plus loin avec la réalité augmentée, il faut explorer l’application Aurasma. Elle permet de fabriquer et de lire des éléments de réalité augmentée sur une page réelle d’un livre ou dans une lecture quelconque sur papier.  

Après la lecture, les élèves pourraient également employer l’une ou l’autre de ces idées pour réaliser différentes productions en vue de partager, décrire, apprécier ou réagir à une lecture.  

La lecture et la collaboration : un duo stimulant pour l’élève

Schéma des étapes - 6e et dernière étape.

Pour les élèves, il peut être stimulant de travailler en collaboration sur une même lecture. Que ce soit sur un tableau blanc partagé, à partir d’une image ou à l’aide d’un canevas proposé (comme des diagrammes, des organisateurs graphiques, des questions, des tableaux ou autres), il devient alors possible de discuter, d’annoter et/ou d’échanger entre eux. Les élèves peuvent, par exemple, construire un journal de lecture dans lequel ils indiquent les sentiments ressentis, les liens à faire tout au long de l’histoire, les questions qu’ils se posent, les hypothèses ainsi que les prédictions sur leur lecture. Ils peuvent également décrire ou même faire des croquis des personnages, des lieux et des objets importants.  

De plus, grâce à différentes applications numériques, les élèves ont la possibilité d’échanger facilement entre eux selon les différents rôles propres aux cercles de lecture : responsable des liens, des questions, des beaux passages, des mots nouveaux ou des illustrations (les rôles peuvent varier).

Enfin, les apprenant peuvent réaliser, suite à une lecture, des activités pour revenir sur leur compréhension, pour réagir ainsi que pour apprécier. Le tout peut se vivre de façon synchrone ou asynchrone dans différentes applications telles que :

  • Baiboard, une application de collaboration pour iPad et Mac dans laquelle il est possible de dessiner, de surligner, d’écrire, d’ajouter des formes et des icônes sur un tableau blanc, une image ou un fichier PDF.
  • Google Document et Google Dessin, quant à eux, permettent de créer, d’éditer et de modifier des documents en ligne ainsi que de collaborer avec un ou plusieurs utilisateurs.
  • LucidChart est une extension Chrome qui permet de créer des organisateurs graphiques collaboratifs en ligne.
  • Padlet est un mur virtuel collaboratif qui permet de créer et de partager de l’information (texte, audio, vidéo, lien url).
  • IDroo est aussi un tableau blanc collaboratif disponible en ligne.

Des projets et concours qui valorisent lecture et collaboration  

Il existe différents projets et concours qui valorisent la lecture en y ajoutant une dimension de collaboration et en y incorporant un aspect numérique. En voici certains. Les connaissiez-vous?

Tout d’abord, chaque année, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) donne ses prix de reconnaissance de projets en lecture. L’un des plus récents projets récipiendaires s’intitule Lire autour du monde. Il a été mis en place en 2015 dans la classe de Mélanie Boutin (école des Pionniers, Commission scolaire des Découvreurs). Ce projet visait à faire la promotion de livres provenant de partout dans le monde. Les élèves les situaient d’abord sur une carte du monde, réalisaient une bande-annonce pour en faire la promotion, en présentaient la page couverture et en rédigeaient des appréciations. Le tout a ensuite été partagé sur le Web.  

Une autre initiative du milieu est celle de François Bourdon qui a mis en place un projet mondial de lecture interactive appelé Écouter lire le monde. Il s’agit en fait d’élèves de partout sur la planète qui font la lecture d’œuvres littéraires communes, échangent sur leur compréhension, leurs prédictions, leurs appréciations et leurs réactions. La diffusion et le partage se font sur les canaux de communication officiels d’Écouter lire le monde afin que tous les participants puissent collaborer. Des productions peuvent être réalisées selon les compétences TIC, les besoins et le rythme des classes.

Dessin qui illustre l'activité Tagueson

D’autres projets en lien avec la lecture se vivent notamment via Twitter, comme Bonheur de lire, TagueSon, etc.

La lecture mystère (selon le principe des Skype mystère), est une forme de collaboration entre deux classes jumelées. Lors d’une visioconférence, les élèves d’une première classe décrivent, parmi une sélection de livres lu, une histoire, un personnage, une intrigue, un événement. Les élèves de la classe correspondante doivent deviner de quel livre il s’agit.

**************************

Les idées, projets et outils présentés dans ce dossier s'avèrent des moyens stimulants et amusants pour promouvoir et susciter l'intérêt envers la lecture chez les élèves de tous âges. Avec le numérique, les possibilités sont multiples, voire infinies. Il importe donc de se fixer un objectif de développement des compétences en lecture dès le départ, puis d’explorer des avenues technologiques pour faciliter ou bonifier l’expérience d’apprentissage. N’hésitez pas à faire appel à votre conseiller pédagogique TIC ou à votre animateur RÉCIT pour mettre en place certaines idées dans votre classe : ils sont là pour vous aider. Bonne lecture!