Quelles ressources d'Internet les jeunes exploitent-ils?

Quelles ressources d'Internet les jeunes exploitent-ils?

Internet, c’est bien plus que la simple consultation de pages Web sur son ordinateur. Internet, c’est le réseau des réseaux, le lien invisible entre différentes ressources comme le Web et le courrier électronique. Que surgisse à notre esprit l’image d’une toile d’araignée lorsqu’on l’évoque sous le nom de « Toile » ou encore celle d’une galaxie lorsqu’on le désigne « cyberespace », Internet n’est ni plus ni moins qu’un vaste environnement constitué d’humains (internautes) et de technologies (téléphone cellulaire, navigateur Web, etc.). Un environnement qui s’apparente au monde réel par les activités qu’on peut y pratiquer : se renseigner, lire, discuter, échanger, se divertir, flirter, jouer, magasiner, écouter de la musique, visionner des extraits vidéo, flâner et parfois… commettre des délits ou en être victime. Intéressons-nous à ce qu’y font plus particulièrement les jeunes québécois en survolant les ressources les plus populaires auprès de cette clientèle.

Les descriptions ci-dessous sont tirées ou grandement inspirées des sites Réseau Éducation-Médias (devenu HabiloMédias) et Cyberaide.ca

Baladeurs numériques

Les baladeurs numériques , dont le modèle le plus populaire est l’iPod d’Apple, se présentent sous la forme d’appareils électroniques compacts dotés d’un minuscule disque dur de grande capacité (1,5 à 80 Go) sur lequel l’utilisateur stocke des fichiers audio ou vidéo afin de les lire par la suite. Le plus souvent, l’appareil sert à écouter des pièces musicales numérisées (MP3) à travers des écouteurs. Toutefois, de plus en plus d’appareils soient dotés d’un écran d’affichage qui permet d’afficher des photos ou de visionner des vidéos. Près de 50 % des jeunes Canadiens de 13 à 15 ans possédaient leur propre baladeur numérique en 2005 (Jeunes Canadiens dans un monde branché – Phase II).

L’enfant qui écoute de la musique avec son baladeur ou son iPod se coupe peut-être du monde qui l’entoure au grand dam de ses parents, mais autrement, l’appareil n’a pas vraiment de quoi inquiéter. Du point de vue des cyberdangers, par ailleurs, un phénomène appelé « baladodiffusion » (podcasting) soulève des inquiétudes.

Les balados sont en quelque sorte des émissions maison diffusées sous la forme de fichiers MP3. On peut les télécharger à la pièce ou utiliser un logiciel spécial qui permet de recevoir automatiquement par abonnement des balados sur son baladeur. Il s’agit le plus souvent de fichiers audionumériques, mais on commence à en trouver sous forme vidéo. En quoi la baladodiffusion inquiète-t-elle? Parce qu’il y a de plus en plus de balados pornographiques et que les filtres et autres outils de contrôle parental sont incapables de déterminer le contenu d’un fichier MP3. Bref, il est très difficile pour les parents de vérifier ce que leurs enfants écoutent sur leur baladeur.

Téléphone cellulaire

Qui ne trimballe pas un cellulaire se fait aujourd’hui pointer du doigt tellement cette technologie fait maintenant partie de notre quotidien. Outre la possibilité d’effectuer des appels, ces appareils proposent maintenant une multitude de fonctions : carnet d’adresses, agenda, GPS, jeux, navigation Web, messagerie texte et… photo numérique. Depuis l’ajout d’appareils photo numériques aux cellulaires, de nouveaux problèmes ont fait leur apparition. En effet, ces appareils très compacts faciles à dissimuler permettent de photographier n’importe qui à son insu et de disposer comme bon nous semble par la suite des clichés en les publiant sur le Web ou, par exemple, en les envoyant par courriel à plusieurs personnes.

Bavardoirs

Vrak.TV bavardoirLes bavardoirs – ou sites de clavardage (chat, en anglais) – sont des espaces virtuels sur Internet où des internautes se retrouvent pour discuter de sujets d’intérêt commun. Il s’agit donc de discussions interactives qui se déroulent en temps réel par écrit, c’est-à-dire par clavier interposé. Tout internaute présent dans le bavardoir peut lire ce que chacun des autres internautes écrit puisque tous les messages s’affichent simultanément sur l’écran de chaque participant. Il est également possible d’engager des conversations privées avec l’accord des interlocuteurs, ces conversations ne peuvent alors être lues que par les interlocuteurs en cause. Des participants du monde entier peuvent s’y trouver, « cachés » derrière un pseudonyme et parfois un profil dans lequel chacun raconte bien ce qu’il veut. S’il peut paraître opportun de garder un parfait anonymat, n’oublions pas qu’il en est tout autant des autres utilisateurs parmi lesquels peuvent malheureusement s’en trouver des moins bien intentionnés que d’autres.

Certains bavardoirs sont supervisés par des modérateurs humains ou par des programmes qui veillent, entre autres, à ce que le langage soit approprié. C’est toutefois le cas d’une minorité de bavardoirs, les autres étant dits « libres ».

Courrier électronique

Le courrier électronique représente l’une des plus populaires ressources d’Internet. Grâce au courriel, on peut envoyer et recevoir des messages rapidement, efficacement et à peu de frais. Un moyen bien pratique de garder le contact avec son entourage dans le rythme soutenu de la vie moderne. Sans compter que par le biais de messageries électroniques gratuites comme le sont MSN Hotmail (devenu Outlook), Yahoo! Mail ou GMail, ce contact peut s’entretenir peu importe où l’on se trouve dans le monde, à condition d’avoir accès à l’Internet depuis l’ordinateur d’une connaissance, d’un café Internet ou de son téléphone cellulaire, par exemple. Ce moyen de communication a de moins en moins la cote chez les jeunes qui préfèrent d'autres moyens de communication comme Facebook, Twitter, etc.

Vidéoconférence

Pour participer à une vidéoconférence, l’utilisateur doit disposer sur son poste d’une webcam reliée à Internet. De plus en plus populaires auprès des jeunes, ces petites caméras numériques permettent de diffuser en direct sur le Web des images vidéo. En 2005, une recherche du Réseau Éducation Médias indiquait que 22 % des élèves canadiens possédaient une webcam (31 % en 5e secondaire). Couplé aux bavardoirs et autres moyens de communication synchrone, Les webcams sont souvent au cœur d'histoires de pédophilie.

Messagerie instantanée

MSN messengerLa principale fonction de la messagerie instantanée est la possibilité de discuter en temps réel avec d’autres internautes préalablement autorisés à faire partie de notre liste de contacts. Outre discuter, les utilisateurs peuvent également s’échanger des fichiers et des courriels. Pour bénéficier d’un tel service, il suffit de s’inscrire à un réseau de messagerie instantanée et de télécharger le logiciel, le plus populaire étant MSN Messenger (service maintenant intégré à Skype). Une fois le logiciel installé, l’utilisateur crée sa propre liste de contacts. Seules les personnes faisant partie de sa liste de contacts pourront communiquer avec l’utilisateur.

La messagerie instantanée s’apparente aux bavardoirs en ce qu’elle permet des discussions interactives en temps réel avec d’autres internautes. Toutefois, contrairement aux bavardoirs, il est plus facile de savoir à qui l’on parle puisque seules les personnes figurant sur notre liste de contacts peuvent nous contacter. De plus, il est possible en tout temps de supprimer ou de bloquer un utilisateur. Ce mode de communication perd de la popularité auprès des jeunes qui ont découvert les messageries textes (SMS) et les messages directs de Facebook. On y perd l'avantage du temps réel mais on y gagne en facilité de rejoindre ses amis où qu'ils soient.

Messagerie texte

Les messages textes (textos, SMS) sont le propre des téléphones cellulaires. Ce type de messagerie permet d’envoyer de courts messages texte d’un cellulaire à l’autre. Les jeunes apprécient beaucoup l’instantanéité de cette technologie qui de plus coûte moins cher à l’utilisation qu’un appel téléphonique et permet d’envoyer des messages à plusieurs destinataires à la fois. Les textos sont en train de remplacer la messagerie instantanée aux yeux des jeunes.

Partage de fichiers

L’Office québécois de la langue française (OQLF) définit le partage de fichiers – ou poste-à-poste (peer to peer) – comme une technologie qui permet à deux ordinateurs reliés à Internet de communiquer directement l’un avec l’autre. Son principe est le suivant : l’internaute télécharge et installe un programme qui lui permet de mettre à la disposition d’autres internautes les ressources disponibles de son ordinateur ou un espace de son disque dur dans lequel il place l’ensemble des fichiers qu’il est disposé à échanger. C’est donc dire qu’on se sert directement dans le disque dur de son correspondant et qu’on peut aussi, à l’inverse, y déposer des fichiers. Les jeunes y recourent surtout pour échanger des fichiers de musique, d’émissions télévisées ou de films. Ce partage est, la plupart du temps, illégal en regard avec la loi sur le droit d'auteur.

Facebook

C'est l'étoile montante du Web. Voici comment on le définit sur Wikipedia :

« Facebook est un réseau social sur Internet permettant à toute personne possédant un compte de créer son Profil et d'y publier des informations, dont elle peut contrôler la visibilité par les autres personnes, possédant ou non un compte. L'usage de ce réseau s'étend du simple partage d'informations d'ordre privé (par le biais de photographies, liens, textes, etc) à la constitution de Pages et de Groupes visant à faire connaitre des institutions, des entreprises ou des causes variées. » 

Comme Facebook tient à la fois de la page Web, du blogue, de la messagerie et du clavardage, il regroupe plusieurs des activités prisées par les internautes d'où sa grande popularité. Malgré la possibilité de limiter la visibilité de ce qu'on y affiche, peu de jeunes (et de moins jeunes) le font. Ainsi, ils se trouvent à étaler au grand jour leurs états d'âmes, leurs photos et même leurs querelles d'amis. À leur décharge, il faut dire qu'il n'est pas facile de s'y retrouver dans la jungle des paramètres et des activités possibles sur Facebook. Facebook est devenu une source de préoccupation pour ceux que la protection de la vie privée préoccupe.

Twitter

Comme Facebook, Twitter est relativement récent. Il n'est pas encore la coqueluche des jeunes. On y trouve davantage d'adultes. Malgré tout son usage commence à se répandre chez les jeunes. Wikipédia le définit ainsi :

« Twitter est un service de microblogage, permettant aux utilisateurs de bloguer grâce à des messages courts (140 caractères maximum, soit une ou deux phrases). Outre cette concision imposée, la principale différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que Twitter n’invite pas les lecteurs à commenter les messages postés. »

Le slogan actuel de Twitter est « Le meilleur moyen de découvrir ce qui se passe dans le monde. » On met moins l'accent sur la diffusion de ses états d'âme et de ses activités personnelles que sur l'information en temps réel. C'est donc moins intéressant pour un adolescent.