Les facteurs de protection contre le décrochage scolaire

Les facteurs de protection contre le décrochage scolaire

Avant de pouvoir répondre à la grande question : pourquoi persévère-t-on?, il faut d’abord chercher à mieux comprendre les facteurs de protection contre l’abandon scolaire, soit tout facteur qui augmente la probabilité qu’un jeune développe sa motivation, s’engage activement dans ses études et persévère jusqu’à l’obtention de son diplôme.

Parmi ses facteurs, le milieu familial, l’environnement socio-économique (quartier, communauté), le marché du travail (pour les élèves qui travaillent à temps partiel), l’entourage social (amis et autres liens dans le cadre d’activités de loisirs par exemple) et bien sûr le milieu scolaire. Ceux-ci ont été abondamment documentés au cours des années.

Chaque facteur peut en influencer un autre et leurs effets combinés dépendront également de la façon dont le jeune les perçoit en tant qu’individu. Toutes les combinaisons sont donc possibles et il n’existe aucune formule miracle. Par contre, en matière d’intervention, certaines pratiques s’avèrent plus porteuses que d’autres comme nous le verrons dans la prochaine section.

Le rôle de l’école
Plutôt que d’essayer d’intervenir sur tous les fronts à la fois, des spécialistes font le pari de miser davantage sur le milieu scolaire. Climat et ambiance générale, pratique de gestion (soutien aux éducateurs et aux jeunes de la part de la direction, gestion de classe de la part des enseignants), pratiques pédagogiques, relations entre éducateurs et élèves sont des éléments qui entrent alors en scène.

« La principale prise que nous avons comme société est de miser sur notre système éducatif; les centres de la petite enfance et l’école. Ces lieux peuvent jouer un rôle déterminant pour atténuer les inégalités et les vulnérabilités des enfants. Plus un milieu sera riche et stimulant, plus il favorisera le développement de l’enfant à son plein potentiel », fait valoir M. Guay.

Il précise même : « Au-delà du milieu scolaire dans son ensemble, l’effet enseignant représentera à lui seul jusqu’à 30 % des facteurs de protection d’un jeune ». De façon générale, l’effet enseignant est définit comme l'influence qu'un enseignant exerce sur l'apprentissage, le développement et la réussite des élèves. Un groupe de professeurs au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ont bien défini cet effet dans une lettre ouverte publiée en février 2020 dans Le Quotidien. 

À l’école, une attention particulière devrait aussi être porté par les enseignants aux cercles d’amis qui se créent parmi les élèves. Marie-Hélène Veronneau, professeure au département de psychologie à l’Université du Québec à Montréal, étudie précisément le rôle des pairs dans la persévérance scolaire.

Elle a largement constaté l’effet d’entraînement (positif ou négatif) que les amis peuvent avoir sur les jeunes. Une étude publiée en 2019 montre que le rendement scolaire vers le début du secondaire semble être influencé positivement par l'affiliation avec des amis qui présentent un bon rendement, mais influencé négativement par l'affiliation avec des amis qui ont des problèmes de comportement. 

enfant ordinateur« Savoir bien s’entourer, c’est une des clés vers la réussite! » Ainsi, les enseignants peuvent certainement jouer un rôle pour guider les élèves dans leur fréquentation:  en gardant un oeil attentif sur la dynamique dans les petits groupes qui se forment dans une classe ou dans la cour d’école, en discutant de certaines situations observées avec les élèves, en amenant ceux-ci à travailler en équipe avec d’autres élèves en dehors de leur cercle d’amis habituel. 

Lorsque des situations problématiques (influence négative d’un pair, par exemple) surviennent, il est judicieux de rencontrer les élèves pour mieux comprendre le contexte, les amener à réfléchir sur la définition de l’amitié. Finalement, les parents devraient aussi être mis à profit afin qu’ils puissent influencer positivement leur enfant et l’amener, lorsque nécessaire, à reconsidérer certaines fréquentations.

Les types de motivation
Parmi les facteurs de protection, il est important de revenir un instant sur la notion de motivation. Celle-ci est la force motrice qui pousse à se mettre en action pour atteindre un but. Par contre, les sources de motivation sont diverses et ne donnent pas toutes les mêmes résultats.

« La qualité de la motivation aura un effet sur le niveau d’engagement et la persévérance à long terme. Si l’élève est motivé simplement par le désir de se conformer, d'obtenir une récompense ou d’éviter une punition, sa motivation risque de s’effriter avec le temps. Il lui sera plus difficile de maintenir son intérêt », indique Mme Veronneau.

Et à contrario, « si l’élève est motivé par lui-même, parce qu’il aime ce qu’il fait, qu’il en comprend le sens et qu’il se fixe des objectifs à atteindre, sa motivation pourra entraîner un plus haut niveau d’engagement et il pourrait même devenir une source de motivation positive pour ses pairs ».

L’un des rôles de l’école serait donc de permettre aux enfants de développer cette motivation intrinsèque, qui leur permettra de vivre un engagement volontaire et durable dans leur parcours scolaire.

En complément :

Déterminants de la persévérance scolaire, Partenaire pour la réussite éducative en Chaudière-Appalaches (PRECA), 2020

Student Motivation and Associated Outcomes: A Meta-Analysis from Self-Determination Theory , Étude, Joshua L. Howard, Julien S. Bureau, Frédéric Guay, Jane X.Y. Chong, Richard M. Ryan, Août 2020

How Do Individual Predispositions and Family Dynamics Contribute to Academic Adjustment Through the Middle School Years? The Mediating Role of Friends’ Characteristics , Marie Claire Vaillancourt, Alexandra Oliveira Paiva, Marie-Hélène Véronneau, Thomas J. Dishion, Mai 2018