Comment étudier? (PRÉCA)

  • PrimaireP
  • Primaire 1er cycleP1
  • Primaire 1er cycle 1re annéeP11
  • Primaire 1er cycle 2e annéeP12
  • Primaire 2e cycleP2
  • Primaire 2e cycle 3e annéeP23
  • Primaire 2e cycle 4e annéeP24
  • Primaire 3e cycleP3
  • Primaire 3e cycle 5e annéeP35
  • Primaire 3e cycle 6e annéeP36
  • SecondaireS
  • Secondaire 1er cycleS1
  • Secondaire 1er cycle 1re annéeS11
  • Secondaire 1er cycle 2e annéeS12
  • Secondaire 2e cycleS2
  • Secondaire 2e cycle 3e annéeS23
  • Secondaire 2e cycle 4e annéeS24
  • Secondaire 2e cycle 5e annéeS25
  • FrançaisFr
Durée de la vidéo : 
31 minutes et 6 secondes

Steve Masson, professeur à l'UQAM, aborde les stratégies d’études selon les perspectives de la neuroscience. Il met en évidence des stratégies compatibles avec le fonctionnement du cerveau, et illustre le manque d'efficacité d'autres stratégies populaires qu'il vaudrait mieux remplacer.

Description : 

Steve Masson propose trois stratégies d'études efficaces, car elles s'arriment avec la manière dont fonctionne le cerveau. Apprendre, c'est changer son cerveau. Donc, ces stratégies favorisent la création de nouvelles connexions (ou la disparition de connexions inutiles) et la modification de la structure du cerveau (neuroplasticité).

La première stratégie est orientée vers le fait de s'entraîner à activer son cerveau. Il faut que les neurones soient stimulées le plus souvent possible. La mémoire a intérêt à être utilisée fréquemment. Cela revient à dire que plus vous essayez de vous souvenir d'éléments (plutôt que de relire ou de surligner), plus votre cerveau devient efficace. Il en va de même quand vous essayez de répondre à des questions plutôt que de relire. Favorisez la récupération des informations par la mémoire! 

La seconde stratégie constitue en l'espacement des périodes d'études (donc plus de périodes, mais moins de temps pour chacune). Les recherches sur le cerveau démontrent que l'activité cérébrale diminue au fil du temps, lors d'une même période. Cependant, si on effectue plusieurs périodes, l'activité cérébrale demeure aussi intense d'une fois à l'aitre. En outre, le fait de dormir réactive les réseaux de neurones, il y a donc intérêt à profiter des effets bénéfiques du sommeil entre chaque période d'études. 

La dernière stratégie est reliée aux perceptions : l'apprenant doit croire qu'il peut devenir meilleur. Cette stratégie a un impact réel sur l'activité du cerveau et sa neuroplasticité.

Découpage de la vidéo : 
00:00 - 01:04  :  Introduction
01:05 - 02:24  :  Exemples de stratégies populaires mais peu efficaces
02:25 - 16:26  :  Stratégie efficace 1, neuroplasticité et activité fréquente du cerveau
16:27 - 26:31  :  Stratégie efficace 2 : espacement des périodes d'études
26:32 - 28:37  :  Stratégie efficace 3 : croire que l'on peut devenir meilleur
28:38 - 31:06  :  Conclusion
Pistes pédagogiques : 

Cette vidéo est très intéressante, claire et utile. Sa longueur est adaptée à un visionnement en classe. Le temps investi à cet effet risque de rapporter gros, puisqu'une bonne majorité des élèves fait usage de stratégies inefficaces. Cela dit, vous pourriez aussi morceler en trois fois, puisque trois stratégies sont présentées (voir découpage de la vidéo). 

Les arguments présentés pour utiliser les stratégies ici proposées sont très convaincants, et appuyés sur des recherches scientifiques. Mettez les élèves au défi de les mettre en pratique pour votre prochain examen. Pour ce faire, soutenez les élèves en leur indiquant quand, combien de temps et comment étudier. Ils pourront d'ailleurs se placer en équipes d'entraide pour faire le suivi de leurs périodes d'études et se motiver à croire qu'ils peuvent s'améliorer, tout comme le propose la troisième stratégie.

Les documents suivants reprennent le contenu, par écrit. Il est donc pertinent de les distribuer aux élèves pour leur rappeler les stratégies à mettre en place. 

Informations supplémentaires
Source de la vidéo : 
PRÉCA
Licence : 
Non mentionné
Langue : 
Français
Pays : 
Québec